couv
couv

L’instant flou
de (, 40 min)
Thématiques :

Le documentaire reconstitue une journée de la vie de Tendance floue, cet être improbable qui du haut de ses 20 ans clame sa soif de “vivre la photographie”. Pour elle, vivre se situe aux antipodes du subir, vivre c’est d’abord  “garder les yeux ouverts sur le monde en permanence”[1], mais c’est aussi créer, un acte qu’elle pratique collectivement dans l’énergie qu’elle insuffle à chacun de ses membres.

Tendance floue est généreuse, elle nous donne à voir le monde dans un en deçà de ses représentations stéréotypées. Ses photos n’apportent aucune preuve mais s’apparentent à une épreuve, à la fois pour ce qu’elles figurent que pour ceux qui les regardent. Elles ouvrent le regard sur un champ de possibles, elles questionnent plus qu’elles n’affirment. C’est un peu comme si cette encore jeune photographe détenait ce pouvoir de décoller de la surface des fragments du monde et d’humanité qu’elle saisit, cette fine pellicule de certitudes qui nous leurre et nous fait prendre des vessies pour des lanternes. Les clichés de tendance floue attentent au  cliché.  Ses photos nous plongent dans le flou du monde et nous propulsent dans le tremblement du réel. Comme le dit en termes plus prosaïques Mat Jacob, l’un de ses membres fondateurs, la photographie de Tendance floue “c’est être au cul du présent et ne plus le lâcher”.



[1] Citation de Mat Jacob, cofondateur de Tendance floue

 

Image : José Chidlovsky ; Son : José Chidlovsky ; Montage : Marie-Pierre Camus

Galerie

Production

Les Films du Tambour de soie
Coproducteurs : France Télévisions, Tendance Floue
Avec le soutien de : Centre National de la Cinématographie, Procirep ANGOA

Diffusion et Distribution

Diffusion(s) : France Télévisions

Fiche technique

L’instant flou de , , 40 min
DV Cam ; Langues : Français